L'efficacité de cette technique scientifique, étant basée sur le principe du conditionnement opérant, repose sur une pratique régulière. En effet, le but est de pouvoir faire face à des situations difficiles en pouvant se relaxer dans n'importe quelle condition.

Ceci ne veut pas dire que la personne sera amenée à rencontrer le sophrologue très souvent. En moyenne, une dizaine de séances à intervalles de 1à 2 semaines suffisent à rendre la personne autonome. Des enregistrements sont remis à la personne afin qu'elle puisse avoir un entraînement régulier.

 

La respiration :

 

Le souffle est la vie.

La respiration occupe une place primordiale en sophrologie.

Une bonne respiration est nécessaire au bon fonctionnement des nos fonctions vitales, notre équilibre en dépend.

La relaxation s'installe grâce à une respiration ample et calme. En effet, une relation bilatérale existe entre la respiration et les émotions. La respiration influe sur la vie psychique et la vie psychique influe sur la respiration.

Des exercices de dynamique (proches du Yoga) sont exécutés en respiration synchronique.

 

Articulation d'une séance :

 

  • Moment d'écoute (écoute active selon l'approche Gordon)

  • Sophronisation de base (détente physique et mentale) pour atteindre le niveau sophroliminal (au bord du sommeil)

  • Exercices de dynamique

  • Visualisation (voyage, paysage, futurisation, ...)

  • Reprise (désophronisation)

  • Dialogue afin d'évaluer le travail, de gérer les émotions qui ont pu ressurgir.

  • Préparation de la prochaine séance

 

Remarque :

 

Il est fortement déconseillé aux personnes souffrant de schizophrénie de pratiquer la sophrologie.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site